Revêtement antiadhésif - un danger mortel

2 perroquets, un gris du gabon et un ara evoluent librement dans un appartement. Madame s'affaire dans sa cuisine. Les perroquets vont et viennent jusqu'au moment ou le gris, perché sur la porte de la cuisine tombe, raide mort. L'ara meurt quelques minutes plus tard.

l'autopsie trouve des lésions pulmonaires

Madame avait mis son four sur position "autonettoyant". Untitled

Le polytétrafluoréthylène (PTFE), est un polymère thermoplastique de tétrafluoroéthylène.

Toxicité [modifier]

Le PTFE est chimiquement inerte et non toxique à basse température, mais commence à émettre des produits toxiques à 230 °C (température normalement atteinte par une poêle après 2 à 5 minutes d'utilisation normale). La décomposition du Téflon engendre au-delà de 350 °C des émissions parfois mortelles pour les oiseaux, pouvant causer des symptômes s'apparentant à la grippe chez les humains. (voir l'article en anglais "Can Teflon make you sick?", Medical News Today)

Par comparaison, les graisses de cuisine (huiles et beurres) commencent à brûler autour de 200 °C. Une étude de 1959 a conclu que la toxicité des émanations du revêtement (par chauffage sec) était moindre que celle des fumées générées par des huiles de cuisine surchauffées.[3]

En 1973, une étude a confirmé ces résultats précédents. Elle a, de plus, montré que l'exposition aux produits de cuisson du beurre à 260 °C, pendant quatre heures, dans une poêle sans revêtement, était toxique à 100% (mortelle) pour les perruches tandis que les mêmes conditions avec une poêle à revêtement n'entraînait aucun décès chez les animaux jusqu'à 280 °C.[4] Par ailleurs, au cours des quarante dernières années, les poêles anti-adhésives ont été largement utilisées et il n'a été reporté qu'un cas mineur ayant un effet limité sur la santé et lié à la surchauffe d'une poêle.[5]

En 2005, l'agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA) a trouvé que l'acide perfluorooctanique (APFO ou PFOA en anglais), un produit chimique employé pour fabriquer le Teflon, était "cancérigène". Cette découverte est une partie d'un rapport (en anglais)[6] qui est en cours de relecture avant acceptation finale.

Les laboratoires DuPont qui le commercialisent ont été condamnés à payer plus de 16 millions de dollars aux autorités sanitaires des États-Unis pour avoir dissimulé certains risques potentiels.[réf. nécessaire] Des études ont montré que l'APFO provoque des cancers chez l’animal.[réf. nécessaire]

Une action en justice, menée par 60.000 habitants résidant près d'usines américaines du groupe, a condamné DuPont à dépenser 345 millions de dollars pour les dédomager et l'obliger à stopper l'émission d'APFO dans l'eau et le sol. À ce jour, ce produit chimique n'est pas accepté par l'EPA. En 2007, parmi d'autres composés perfluorés, l'acide perfluorooctanoïque (APFO), réputé persistant dans l’environnement, et accumulable dans les tissus adipeux des organismes vivants, toxique pour l’homme et les animaux a été trouvé [7] dans le sang du cordon ombilical de 100 % de 299 nouveau-nés testés à Baltimore, ce qui montre une contamination intra-utérine généralisée dans cette région. D'autres perfluorés ont été trouvés, mais à des doses plus faibles et/ou chez moins de sujets.

En janvier 2006, DuPont, la seule compagnie à utiliser l'APFO en usine sur le territoire américain, a annoncé son intention de supprimer les émissions de ce produit pour 2015. Elle recherche actuellement un substitut et n'a donc pas prévu de ne plus l'utiliser, ce produit étant essentiel dans la production du Teflon. Cette annonce englobe tous les produits de la société utilisant le Teflon. En effet, l'APFO rentre dans la fabrication du Teflon qui sert aussi bien pour les ustensiles de cuisine que pour les emballages, vêtements et revêtements pour le sol).

Il est reconnu que le Teflon rentre dans la production de poêles et plats anti-adhésifs. Il est seulement utilisé dans le processus de fabrication et il ne doit pas y avoir de traces mesurables d'APFO dans ces ustensiles.[5]

 

Page précedente